Les Nutricartes<sup>®</sup>-Outil pédagogique interactif participant à la lutte contre la malnutrition et sa prévention Les Nutricartes<sup>®</sup>-Outil pédagogique interactif participant à la lutte contre la malnutrition et sa prévention Les Nutricartes<sup>®</sup>
Version française English Version Español

Outil pédagogique interactif participant à la lutte contre la malnutrition et sa prévention

Bouton Menu Mobiles

Accueil > Français > Actualités : > Tribunes

Tribunes

ZOOM sur La Secrète, le nouveau roman d’Hector Abad *

Dans ce livre, sur la Colombie dans les années 1860, un passage de description des "prescriptions" alimentaires et d’hygiène nous confirme que la méthode Nutricartes repose sur des fondements universels, qu’il est facile de transmettre.

Extrait :

Une chose qui a toujours émerveillé les voyageurs qui passaient par le sud-ouest d’Antioquia, dans la seconde moitié du XIXème siècle, c’était la bonne santé des gens, le grand nombre d’enfants dont accouchaient les femmes, et la belle taille, la robustesse et l’élégance des habitants. [...] Il n’y avait pas là un grand secret, je crois, mais quelque chose de fort simple : une bonne alimentation et des habitudes sains et hygiéniques.
Mon grand-père disait qu’à l’école, on leur avait appris que pour manger, il fallait penser au drapeau d’Antioquia et à celui de la Colombie, de la manière suivante : "il faut manger quelque chose de blanc (riz, arepa, mazamorra, lait, fromage), un peu de vert (légumes et salade), un peu de rouge (haricots, viande, fruits et chocolat) et un peu de jaune (œufs, banane, épis de mais, manioc, céleri, pommes de terre et d’autres fruits)." Alors tout le monde demandait ce qu’était le bleu et la réponse était facile : "le bleu n’est rien d’autre que l’eau pure et limpide des ruisseaux de montagne, non contaminée par les déjections des hommes ni les crottes d’animaux".
Le régime des montagne antioquègnes était, en effet, simple et frugal, mais complet et équilibré : tous les soirs, dans toutes les maisons, quelle que soit la classe sociale, on servait des haricots rouges, une source sure de protéines, qui entretient les neurones. Au dessert, la mazamorra, qui est notre mais au lait, ne manquait jamais, parfois avec une bouchée de goyave ou au moins de petits morceaux sucre de canne, qui donnaient de l’énergie.

**Héctor Abad Faciolince est un écrivain, traducteur et journaliste colombien né à Medellín en 1958. Il est depuis mai 2008 membre du comité éditorial du journal El Espectador.